Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
04 Apr

La fièvre du samedi soir

Publié par Histoire de la Chanson  - Catégories :  #DISCO, #1978

 

Des jeans moulants, des cols pelle à tarte, aucun doute, La Fièvre du samedi soir porte le sceau des années 70! Réalisé par John Badham en 1977, le long métrage qui révéla John Travolta au grand public est LE film de la génération disco. Mais réduire La fièvre du samedi soir à la musique des Bee Gees et au déhanché de Travolta serait une erreur. Ce film est le reflet sociologique de la jeunesse américaine des années 70, au même titre que Rocky sorti un an plus tôt, et présente des personnages bien plus complexes qu'il n'y paraît.

 

 

La fièvre du samedi soir raconte l'histoire de Tony Manero (John Travolta), jeune homme de 19 ans, chef de bande, employé la semaine dans un magasin de peinture et roi de la piste du 2001(référence au film de Kubrick) le... samedi soir (vous ne vous en doutiez pas hein!). Un grand concours de danse s'organise et Tony veut y participer pour gagner l'argent de la première place. Après avoir commencé à s'entraîner avec Annette, jeune femme follement amoureuse de lui, Tony jette son dévolu sur Stéphanie, une jeune danseuse, un peu hautaine. Le quotidien de Tony n'est pas facile, entre son travail, sa relation conflictuelle avec ses parents, le retour de son frère qui a abandonné sa robe de prêtre et les bagarres entre bandes rivales. Mais Tony ne pense qu'à la danse et après des débuts assez difficiles avec Stéphanie, l'alchimie s'opère entre les deux danseurs. Lors du concours ils échangeront leur premier baiser et gagneront le premier prix. Mais Tony n'est pas satisfait, car il ne peut s'empêcher de penser qu'il a été favorisé face à des concurrents bien meilleurs que lui. C'est excédé qu'il sort du 2001, il « brusque » Stéphanie, qui prend finalement la fuite. Tony s'en va avec sa bande et Annette qui se donne à eux, consentante puis contrainte, car elle s'aperçoit que Tony ne veut pas d'elle. Arrivé sur le pont de Brooklyn, l'un des membres de la bande, accusé d'avoir fui une bagarre, veut montrer son courage et tombe du pont. Sonné par la mort de son ami, Tony va retrouver Stéphanie, s'excuse et les deux décident de rester amis.

Les références cinématographiques sont nombreuses et si l'on voit dans la chambre de Tony Manero plusieurs posters de Bruce Lee, Al Pacino ou Rocky, c'est avec ce dernier que l'analogie et la plus forte. Au delà du simple poster les deux héros ont un parcours similaire. Tous deux sont d'origine italienne, d'extraction modeste et n'aspirent qu'à une seule chose : connaître la gloire. Chacun se démène alors sur son propre ring : qu'il soit réel (le ring de boxe dans Rocky) ou métaphorique (la piste de danse de La Fièvre du samedi soir). L'amour n'est pas loin pour Tony et Rocky avec Stephanie et Adrian. Mais leur destin ne va pas connaître la même trajectoire, car si Rocky perd (on ne le sait que dans le 2) mais gagne l'estime du public et l'amour d'Adrian, la victoire au tournoi de danse de Tony ne sera pas en revanche gage de succès. Sa victoire est entachée de soupçons, Stéphanie lui échappe puis un de ses amis se donne la mort. Manero n'est tout simplement pas Rocky. C'est un chef de bande, il a des relations familiales et sentimentales compliquées, il n'est pas le héros « blanc » qu'est Rocky. On regrettera cette fin un peu longue d'ailleurs...Si La Fièvre du Samedi soir garde une part d'humour, il reste un film dramatique. Mais avec tant de points communs, il n'est pas étonnant que la suite de La fièvre du samedi soir, Staying Alive soit réalisée par Sylvester Stallone, acteur et réalisateur de la saga Rocky.

La bande originale de La fièvre du samedi soir est l'un des points forts du film. Composée par les Bee Gees, elle contient quelques-uns des plus grands tubes du trio. On y trouve entre autre les tubes Stayin' alive, Night Fever, You Should Be Dancing, How Deep Is Your Love... Mais ce n'est pas tout, on y ajoute quelques succès de l'époque tel le remix de la Symphonie No 5 de Beethoven par Walter Murphy ou le Disco Inferno de The Trammps. Elles sont le reflet d'un genre révolu mais ne sont pourtant pas démodées et c'est un réel plaisir d'écouter cette musique. A la fois entraînante, à l'image de la cultissime scène d'introduction avec le gros plan en travelling sur les pieds de Travolta avec la musique de Stayin'Alive, elle sait se faire aussi émouvante avec More Than a Woman lors de la scène du concours.

Quant à Travolta, sa prestation est entrée dans la légende de la danse. Qui ne l'a jamais imité se déhanchant le doigt en l'air sur Stayin Alive ? Qui n'a jamais essayé de reproduire sa chorégraphie sur la piste du Macumba local. Quand il se met à danser, Travolta vampirise la scène par son charisme. Il joue le roi de la piste, mais il l'est incontestablement. Avec cette interprétation, il n'a rien à envier à Astaire à Kelly. Le geste est sûr, fluide, les chorégraphies sont imaginatives. Tout est presque parfait .Oui, presque...On peut émettre en effet des réserves sur la danse en duo entre Tony et Stéphanie, en deçà des performances solos précédentes. Le rythme de ce numéro est lent et ce n'est pas ce qu'on attend quand on fait un concours de danse.

Des danses endiablées, un Rocky dansant, une réflexion sociale, voici au moins trois bonnes raisons de voir ce film. Alors courez voir Tony sur la piste du 2001! On est samedi non?

La fièvre du samedi soir: Saturday Night ferveur?
La fièvre du samedi soir: Saturday Night ferveur?
La fièvre du samedi soir: Saturday Night ferveur?
La fièvre du samedi soir: Saturday Night ferveur?
Commenter cet article

Archives

À propos

Histoire au jour le jour de la Chansons Française