Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
04 Aug

05 août 1971

Publié par Histoire de la Chanson, TV, Radio, Théâtre & Ciné  - Catégories :  #1971, #presse, #TV

Arletty Dominique Alain Cuny Gilles Marie Déa Anne Jules Berry le diable Marcel Herrand Renaud Fernand Ledoux Baron Hugues Pierre Labry un gros seigneur Gabriel Gabrio le bourreau Roger Blin le montreur de nains Jean d'Yd le montreur d'ours Piéral un nain Simone Signoret une demoiselle du château François Chaumette un page Alain Resnais un page ? Jean Carmet un page ? Jean-Pierre Mocky un page ? Jean Darnel un page ? Madeleine Rousset ? Janine Berry ? Claudie Carter ? Arsenio Freygnac ? Robert Hébert ? Guy Henry ? Robert Le Béal ? Marie-Thérèse Moissel ? Marcel Mouloudji ? Jacques Prévert ? Georges Sellier ?    


REALISATION Marcel Carné ; SCENARIO Jacques Prévert, Pierre Laroche et Marcel Carné (découpage) ; IMAGE Roger Hubert ; CAMERA Marc Fossard ; DECORS Alexandre Trauner, Léon Barsacq et Georges Wakevitch ; COSTUMES Georges Wakevitch ; SON Jacques Lebreton ; MONTAGE Henri Rust ; ASSISTANTS REALISATEURS Pierre Sabas, Bruno Tireux et Michelangelo Antonioni PHOTOGRAPHE DE PLATEAU Léo Mirkine ; REGIE Paul Hartwig, ; MUSIQUE Joseph Kosma et Maurice Thiriet, exécutée par la Société des Concerts du Conservatoir, sous la direction de Charles Munch ; PRODUCTION André Paulvé ; Sortie le 5 décembre 1942


An de grâce 1485. Satan délègue deux de ses suppôts, Dominique et Gilles, pour semer malheur et destruction sur Terre. Sous l’apparence de ménestrels, ils s’insinuent à la cour du baron Hugues qui doit marier sa fille Anne au seigneur Renaud. Dominique s’acquitte parfaitement de sa tâche. Elle séduit le vieux baron et le bouillant Renaud puis pousse les deux hommes à s’affronter dans un duel à mort. Gilles oublie sa mission et tombe amoureux d'Anne. La pureté de leur amour déchaîne le colère de Satan qui doit intervenir en personne pour parachever son œuvre maléfique.


« Comme toujours, nous nous étions très rapidement mis d’accord sur le nom d’Arletty. Qui mieux qu’elle, en effet, pouvait camper Dominique, personnage androgyne mais en qui s’incarnait toute la rouerie féminine, et aussi toute sa grâce !… De même, aucun acteur ne nous paraissait plus apte à jouer le diable que Jules Berry, après son Monsieur Valentin du JOUR SE LEVE. Pour le rôle d’Anne, Paulvé m’avait demandé de prendre Marie Déa, avec laquelle il avait un contrat à l’année. Physiquement brune et bien en chair, elle n’était pas le personnage, et de nouveau, je pensai à Madeleine Ozeray… J’acceptai cependant devant le charme et la douceur qui émanaient d’elle le jour où je la rencontrai… Restait Renaud, le fiancé fourbe et cruel. Je risquait le nom de Marcel Herrand, dont j’appréciais le talent et l’autorité (…) Jacques trouva que c’était une bonne idée. Ne voulant pas être en reste, je trouvais à mon tour excellent son choix de Fernand Ledoux pour silhouetter le baron Hugues (…) les invités du banquet (…) étaient environ une trentaine, homme et femmes, à qui on fit signer un contrat de vingt cachets, pour la plupart le premier de leur carrière… C’était en particulier le cas de Simone Signoret qui, pécuniairement et, disait-elle, professionnellement, ne se tenait plus de joie… » - Marcel Carné, La Vie à belles dents, éditions Jean-Pierre Ollivier, 1975


Chansons interprétées par Jacques Jansen (voix chantée d'Alain Cuny) :
-Complainte de Gilles, paroles de Jacques Prévert, musique de Maurice Thiriet
-Démons et Merveilles, paroles de Jacques Prévert, musique de Maurice Thiriet
-Le Tendre et Dangereux Visage de l'amour, paroles de Jacques Prévert, musique Maurice Thiriet

 

Commenter cet article

À propos

Histoire au jour le jour de la Chansons Française