Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 Sep

23 septembre 1987: Johnny se donne à Bercy

Publié par Histoire de la Chanson, TV, Radio, Théâtre & Ciné  - Catégories :  #1987, #Johnny

 
Johnny se donne à Bercy
 
1987, Johnny se donne à Bercy : Intégrale Bible Hallyday Tome 2
Le Palais Omnisports de Paris-Bercy (POPB) est une nouvelle salle de spectacle d’une capacité d’environ 18 000 places inaugurée le 3 février 1984 par Jacques Chirac, maire de Paris.
Johnny se donne à Bercy du 15 septembre au 4 octobre 1987 dans un décor et une mise en scène sobres, de Michel Berger, basée sur l’opposition entre le noir et le blanc ; avec lui Johnny dispose d’un effectif à minima avec sept musiciens et trois choristes.
Le coût est de deux milliards de centimes de l’époque, dont près de 300 000, par jour, pour la salle.
Décompte à rebours avant l’arrivée de Johnny, lever de rideau sur Johnny costume sombre et lunettes noires, jouant au piano des mesures de Rock and roll attitude.
Michel Berger a mis en scène ce show sur un schéma « trois fois sept » :
Chansons de lui-même : Rock’n’roll attitude (première chanson du spectacle), Quelque chose de Tennessee (dernière chanson du spectacle), Équipe de nuit, Le chanteur abandonne, Pendue à mon cou, Qui ose aimer, Aimer vivre.
Chansons de Jean-Jacques Goldman : Laura, Je t’attends, J’oublierai ton nom, Je te promets, Dans mes nuits… on oublie, L’envie, Encore.
Chansons anciennes : Mon p’tit loup, Que je t’aime, Ma gueule, Le feu, Le bon temps du Rock’n’roll, Gabrielle, Toute la musique j’aime.
Lors de la séquence « unplugged », c’est-à-dire acoustique, sans guitare électrique, Johnny joue de la guitare, seul, assis sur un tabouret avant que l’ensemble de l’orchestre, les sept musiciens et les trois choristes, le rejoignent sur la scène.
Dédicace de Laura à sa fille « Qui est celle qui lui ressemble le plus » ; Laura n’est pas sur scène et c’est une autre petite fille qui prend sa place.
À noter que Johnny traverse d’un rideau de pluie pendant L’envie, et que nous assistons, sur un écran géant, au déshabillage intégral d’une jolie jeune fille pendant les refrains de « Que je t’aime »… chaud le show…
Avant Rock’n’roll attitude, projection de deux brefs documentaires des années 50 aux États-Unis ; en 1955, sur l’antenne de KWK, Walter Fields déclare : « Le rock’n’roll doit disparaître ; aujourd’hui KWK ne diffusera plus de Rock’n’roll ; cette semaine nous casserons du Rock’n’roll sur KWK ». Un autre d’un speaker de Jersey City disant que « le rock’n’roll n’est qu’obscénité et vulgarité, qu’il rabaisse l’homme blanc au niveau du nègre ; c’est une musique bestiale et maléfique… c’est de la dynamite et nous ne voulons pas que cette dynamite explose ici à Jersey City ».
Après le spectacle viennent le féliciter Sylvie, Nathalie… et Lady Lucille, encore et toujours là… Et surtout, sera présente Gisèle Galante, la nouvelle fiancée de Johnny, fille d’Olivia de Havilland (Mélanie dans Autant en emporte le vent).
Autre retrouvaille, celle de Michel Mallory, grâce à Jean-Claude Camus, son producteur, et fin de six ans de brouille, quand Johnny l’avait évincé pour Pierre Billon.
Nouvelles confessions de Johnny : « On me dit souvent que je fais un drôle de métier, moi je ne trouve pas, je trouve que c’est un métier formidable... J’aimerais vous remercier car vous êtes là, et sans vous, je ne serais pas là. Tout au long de ces années je sais que je peux compter sur vous, mais vous savez que vous pouvez compter sur moi... Je vous aime. »
La mise en scène est de Michel Berger, la réalisation de Bernard Schmitt, et le spectacle est produit par Camus-Coullier, toujours associés, et au générique du live figurent Laura Hallyday productions et Jean-Claude Camus production.
Le guitariste Norbert Krief vient du groupe Trust, qui connaît la gloire en 1980 avec Antisocial avant de se séparer en 1985 (séparations et reconstitutions se suivront par la suite).
Le concert attire à Bercy 200 000 spectateurs, et il est suivi d’une tournée d’octobre à décembre 1987.
Le titre sera naturellement L’Envie et éloignez de votre ordi si vous ne voulez pas être arrosé(é)…
Et en Bonus, en commentaires, l’intégralité du concert en musique et sans images : vous pouvez écouter et vaquer à vos occupations…
Commenter cet article

À propos

Histoire au jour le jour de la Chansons Française