Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 Jun

19 juin 1980: Donna Summer est la première artiste à signer chez Geffen Records

Publié par Histoire de la Chanson  - Catégories :  #1980, #DISCO

Le 19 juin 1980, Donna Summer est la première artiste à signer chez Geffen Records

Le 19 juin 1980 marque un nouveau départ pour la chanteuse Donna Summer , qui prend la décision de quitter sa maison de disques pour rejoindre un nouveau label, Geffen Records.

Créé par David Geffen, Geffen Records débarque dans le monde de la musique vers la fin des années 70, chapoté par le géant Warner. Donna Summer sera la première artiste à rejoindre ce label, qui s’appuiera sur le succès de la chanteuse américaine et de son album "The Wanderer" pour attirer d’autres artistes comme Peter Gabriel , John Lennon , Nirvana , Aerosmith ou encore plus récemment Lady Gaga .

Avec sa nouvelle maison de disques, Donna Summer prend alors une nouvelle orientation en délaissant un peu le disco pour s’orienter vers le rock. L’histoire entre la chanteuse et Geffen Records aurait presque pu disparaître avant même d’avoir réellement commencé( lorsque le label refuse en 1982 l’album "I’m a Rainbow". Finalement, l’album sortira quatorze ans plus tard et complètera la liste des nombreuses collaborations entre Donna Summer et Geffen Records.

Nouvelle maison de disques et nouvel album

En octobre 1980, Summer quitte Casablanca à qui elle fait un procès et signe chez Geffen records dont elle est la première artiste. Ce nouveau label distribué par Warner est celui de David Geffen. Son premier album chez Geffen, The Wanderer, tourne ostensiblement le dos au disco – il est ouvertement rock- mais c’est aussi la dernière réalisation (officielle) de Moroder/Bellotte pour Summer. La chanson-titre, dansante et bien ficelée, sera classée no 3 aux États-Unis, avec plus d'un million de ventes, mais pas en Angleterre. Auparavant, Casablanca sort une autre compilation (avec une pochette noire sans photo...), couvrant la période 1977-1979, Walk Away (no 54 R&B et no 50 pop). La chanson-titre, extraite de Bad Girls, n'est classée que no 36 malgré son excellence et le renfort d'un remix promo pour les discothèques –cette chanson avait déjà profité du no 1 disco commun à tous les titres de l’album en 1979. Une version longue de 8:30 refera surface en 1992, un peu plus longue que celle du maxi commercialisé qui fait 7:15. Les deux ont en commun quelques paroles supplémentaires que l’on ne trouve pas sur la version d’origine de l’album. Le 45 tours quant à lui propose en face 2 Could It Be Magic de 1976. Au Mexique, Walk Away est couplé avec Spring Affair, The Way We Were (du disque en public de 1978) et Rumour Has It.

Déjà en 1980, Donna Summer est assimilée à son âge d'or, même si elle a multiplié les déclarations et les actes pour le rejeter. C'est la fin d'une époque et les autres simples de The Wanderer seront assez mal classés en 1981 : Cold Love sera no 33 et Who Do You Think You're Foolin' no 40. Il faut dire que The Wanderer est composé de mélodies assez rock, parfois dans la veine immédiate de Hot Stuff, si l'on excepte le fascinant synthétique Grand Illusion. Il désoriente une large partie de son public, alors même qu'il est salué par la critique. Le magazine musical Rolling Stone le considère comme son meilleur album. C'est aussi à l'occasion de la sortie de ce nouvel album que Summer commence à assumer ouvertement ses convictions religieuses de « born-again Christian » (elle signe d'ailleurs sur l'album un titre aux accents gospel, I Believe In Jesus). Sa foi désormais pleinement assumée est diversement accueillie par son public gay, en raison de déclarations jugées moralistes et qui seront plus tard ressenties par certains comme homophobes (elle aurait déclaré en 1984 « Dieu a fait Adam et Eve, pas Adam et Steve »), et cela générera un certain divorce5. Il faut également ajouter un phénomène de "disco bashing" qui prend alors forme aux États-Unis, genre musical auquel l'artiste continue d'être associée. The Wanderer se vend cependant bien (onzième simple le plus vendu de sa carrière) et Cold Love se maintient honorablement à la dix-septième place, juste avant Walk Away, dix-huitième. L'album est disque d'or.

Toujours en 1980, elle enregistre deux titres avec Brooklyn Dreams : A Lover In The Night et I Won't Go (sur l'album du même nom du groupe). Elle coécrit la chanson Starting Over Again avec Bruce Sudano qu'elle épouse la même année, mais ne l'enregistre pas elle-même. C'est la chanteuse country Dolly Parton qui la fera paraître sur son album Dolly, Dolly, Dolly et le titre connaîtra un grand succès dans les charts, jusqu'à atteindre la première place dans le Top US country le 24 mai 1980. En 1981, elle participe aux chœurs de l'album Fugitive kind de Bruce Sudano, auquel elle vient de donner une fille, le 5 janvier 1981, Brooklyn Sudano, actuellement actrice, vue notamment dans la série Ma famille d'abord dans le rôle de Vanessa Scott. Un an plus tard, ils auront ensemble Amanda Sudano (en)qui deviendra mannequin, pianiste et chanteuse dans le duo Johnnyswim (en) avec son mari Abner Ramirez12.

 

Commenter cet article

Archives

À propos

Histoire au jour le jour de la Chansons Française