Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 Sep

22 septembre 1927: Colette Deréal

Publié par Histoire de la Chanson  - Catégories :  #Années 1900 à 1930

http://www.bd-cine.com/images-shop/2-film_16/large/557-scopitone_de_colette_dereal__tu_dor_.jpg

Colette Deréal

 

née Colette Denise de Glarélial

 

Née le 22 septembre 1927 à Saint-Cyr-l'École en Seine-et-Oise (aujourd'hui les Yvelines)

 

morte le 12 avril 1988 (à 60 ans) à Monaco

 

actrice et une chanteuse française.

 

Biographie 

Quelques mois après sa naissance, sa famille s'installe à Marseille mais Colette passe son adolescence à Juan-les-Pins qui restera cher à son cœur.

Sa marraine, qui n'est autre que Marguerite Erleroy, trouve que sa filleule a une très jolie voix de soprano colorature et la présente au grand Maître Reynaldo Hahn, qui en l'écoutant lui promet une carrière dans l'art lyrique. Rendez-vous est pris Salle Pleyel, Colette a quinze ans. Mais hélas, le trac et un bon rhume : c'est l'échec.


Colette Deréal décide alors de se tourner vers le théâtre.

 

À dix-sept ans, elle « monte » à Paris et entre au Cours Simon où elle reste quatre ans.


Julien Duvivier la remarque et lui propose un rôle dans Au royaume des cieux aux côtés de Serge Reggiani.

 

C'est le début d'une carrière cinématographique de 24 films qui conduit Colette Deréal à Hollywood où elle tourne Le Petit Garçon perdu (Little Boy Lost) de George Seaton avec Bing Crosby (1953), Success Train, un épisode de la série TV Douglas Fairbanks Jr. Presents (1955) et La Route joyeuse (The Happy Road) de et avec Gene Kelly (1957)


L'Amérique lui propose alors un contrat de sept ans, mais le mal du pays l'emporte : trop attachée à ses racines, elle refuse.


Parallèlement à cette carrière cinématographique - Colette Deréal tourne entre autres Cet homme est dangereux avec Eddie Constantine - elle se consacre beaucoup au théâtre.


Puis elle commence une carrière de meneuse de revues où elle a pour partenaire Roger Pierre et Jean-Marc Thibault (à l'Alhambra). Ensuite Jean Poiret et Michel Serrault se l'accaparent dans la revue « Vive de... » : c'est pour elle, le triomphe. Et certains journaux n'hésiteront pas à rajouter « Vive Deréal »

 

 

Parallèlement, elle tourne pour la télévision plusieurs épisodes des Cinq dernières minutes. Le dernier, intitulé Sans en avoir l'air, où elle interprète la chanson Ne joue pas de Jean Constantin, fait découvrir à la France Colette Deréal chanteuse. Bien que diffusé un 14 août 1959, le standard de l'ORTF, submergé d'appels, saute. On veut tout savoir sur cette chanteuse : « où trouver le disque ? » Le disque n'existe pas. Devant cette fervente demande, le disque est pressé et commercialisé quelques jours plus tard : 100 000 disques sont vendus en un mois…


Au début des années 1960, c'est Bobino en vedette américaine de Jacques Brel. Puis une tournée aux côtés de Gilbert Bécaud. Et de nouveau Bobino en 1961, 1963, 1965 en vedette. C'est la consécration à l'OlympiaBruno Coquatrix programme Colette Deréal en décembre 1963 avec Alice Dona en lever du rideau et Leny Escudero en vedette américaine. Elle reçoit également en 1960 la coupe « Révélation » de Télé 7 Jours.

En 1961, Colette représente la Principauté de Monaco au Concours Eurovision de la Chanson qui se déroule à Cannes. Elle y interprète Allons, allons les enfants de Pierre Delanoë et Hubert Giraud, une jolie chanson à l'intention des enfants sur l'amour qui arrive au printemps :

Allons les enfants, aujourd'hui la vie est belle ;
J'ai le cœur content de vous dire la nouvelle ;
Ce n'est pas le jour de gloire, de victoire, ni le jour de l'an ;
C'est le jour du printemps.
Allons les enfants, ouvrez grandes vos oreilles ;
Écoutez le chant des ruisseaux qui se réveillent ;
Et vous autres les nuages, soyez sages et allez-vous-en ;
C'est le jour du printemps…

C'est l'époque des tournées, du théâtre et des télés. Colette Deréal remplace même Jacqueline Joubert en tant qu'animatrice de son émission Carte Blanche.

Toutes les émissions célèbres l'accueillent Toute la Chanson, La Grande Farandole, Le Palmarès des chansons, Rendez-vous avec, Entrez dans la confidence, etc. Jean Gabin ne cesse de la réclamer au cinéma, il obtient gain de cause en 1969. Colette Deréal tourne à ses côtés Sous le signe du taureau, son dernier film.

En 1970, Colette Deréal propose une de ses œuvres pour en faire un feuilleton télévisé, qui devient Le Manège de Port Barcarès. Mais sa diffusion est interrompue par une grève de la télévision qui a duré trois semaines. À la reprise des programmes, le feuilleton n'est pas diffusé et les téléspectateurs ne connaîtront jamais les quatre derniers épisodes, le titre du feuilleton étant soupçonné de publicité clandestine. Colette Deréal intente un procès à l'ORTF, qu'elle gagne, mais le mal est fait. Blessée et déçue, elle se retire loin du show-business dans le midi auprès de son mari.

Ne pouvant rester inactive, Colette devient journaliste à la Tribune de Monaco, s'occupe d'animaux (elle les adore) et peint pour son plaisir des tableaux qui ne sont pas destinés au public.

Habitant à La Turbie (Alpes-Maritimes), cela lui donne l'occasion de rencontrer très souvent sa grande amie, Grace Kelly. Nostalgie de la chanson ? Peut-être, puisqu'elle accepte de se produire à plusieurs reprises au Sporting Club de Monte-Carlo et au nom de l'amitié, de chanter encore pour quelques privilégiés.

Sa dernière apparition en scène date du 2 juillet 1985 au Kim Club à Cagnes-sur-Mer, chez ses amis de toujours Kim et Mario, où elle s'est produite de 1977 à 1979.

Elle passe ses dernières années à Cap d'Ail, près de Monte-Carlo.

Malgré une vie calme et sereine, dans cette maison sur les hauteurs de Monaco, qu'elle venait d'aménager et dont elle avait dessiné les plans, Colette Deréal meurt le 12 avril 1988 à 6 heures du matin, terrassée par une crise cardiaque.

Colette Deréal était auteur-interprète : parmi ses plus grands succès, on se souvient de : À la Gare Saint-Lazare, Y a plus d'enfants, Les Femmes à lunettes, Valse de Cambronne, Ne joue pas, Telstar et On se reverra qui lui vaut en 1962 le Grand Prix du Disque de l'Académie Charles-Cros. Dans sa carrière, elle interprète pas moins de 260 chansons.

Elle a côtoyé les plus grands de ce monde dans tous les domaines. Sa joie de vivre, sa merveilleuse voix, son charisme, son sourire et sa beauté en ont fait une artiste complète.

Filmographie 

Télévision

Théâtre 

Iconographie

  • Le peintre Gerhard Richter a représenté Colette Deréal, tableau vendu 1 252 500 $ aux enchères chez Sotheby's New York le 12 octobre 2007, lot N° 36, huile sur toile 90 par 90; bibliographie: catalogue raisonné de Angelika Thill et divers, Gerhard Richter Catalogue Raisonné vol. III n° 34, 1993.
Précédée par Colette Deréal Suivie par
François Deguelt
Représentante monégasque au Concours Eurovision de la chanson
1961
François Deguelt
Commenter cet article

gibi 22/09/2011 11:19


Nous l' adorions à la maison et je répondais avec humour à mes parents avec les paroles de 'Lettre à Véronique"
Moi qui à ton âge...
Si je te dis ça, il n'faudra pas m'croire...
Quand je pense à ma lourde hérédité ...


Archives

À propos

Histoire au jour le jour de la Chansons Française