Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 Oct

27 octobre 1956: Danielle Messia

Publié par Histoire de la Chanson  - Catégories :  #1956

http://i151.photobucket.com/albums/s124/Tsvetaeva/_DMaumicro.jpg

Danielle Messia

 

Née le 27 octobre 1956 à Jaffa, Israël 

 

Décédée le 13 juin 1985 des suites d'une leucémie à l'âge de 29 ans

 

Danielle Messia est enterrée dans le cimetière du Père Lachaise, Paris.

 

chanteuse française.

Biographie 

Auteur-compositeur-interprète à la sensibilité exacerbée

 

Elle marqua les années 1980 avec des chansons-témoin (Grand mère ghetto), des chansons prémonitoires (Le Paradis des musiciens), des tableaux intimes (De la main gauche)…

 

 

 

Ce parcours d'étoile filante a été accompagné par Eddy Schaaf, musicien qu'on a entendu aux côtés de Allain Leprest, Jacques Yvart.

 

Danielle Messia avait commencé la chanson au sein du groupe folk "Grattons-Labeur" au cours de la deuxième moitié des années 1970 (trois 33 tours de 1977 à 1979)

 

 

C’est à Jaffa en Israël, le 27 octobre 1956 que naît Danielle Mashiah qui deviendra Danielle Massia, auteur-compositeur-interprète à la sensibilité à fleur de peau.

 

En 1958, ses parents s’installent en France dans la région parisienne.


Danielle est élevée avec sa sœur Cécile.


Son père quitte le foyer en 1960, divorce et part vivre aux États-Unis.

 

Au début des années 1970, elle fait partie d’un groupe folk « Les Grattons Laveurs »

Ils tournent dans l’Orléanais.


Danielle suit en même temps des cours d’histoire à la faculté d’Orléans.

Le groupe sort un disque en 1970, « Le Bal des sorciers » diffusé sous le label de Môrice Bénin, « ABA »


Danielle est choriste sur certaines des chansons de Môrice Bénin et aussi sur l’album de Gaston Couté de Gérard Pierron.


Mais, la jeune femme veut voler de ses propres ailes, quitte le groupe et part sur les routes avec sa guitare et beaucoup d’espoirs.

 

Elle traverse ainsi, l’Autriche, la Roumanie.


Elle chante dans les rues de Venise et de Vérone.


De retour en France, en 1978, elle participe au festival de Castagnède.

Elle est de retour à Paris en fin 78, elle habite rue de Paradis dans une petite chambre de bonne.


Elle chante dans la rue, dans le métro, dans les maisons de jeunes et de la culture.


Mais, son ambition la pousse à franchir la porte des cabarets, mais partout, c’est non.


Mais, fin 78 elle sera engagée à l’Ecume pour les fêtes de fin d’année.


Elle fait une rencontre déterminante, celle de Eddy Schaff, par l’intermédiaire de Gérard Pierron.


Eddy lui fait travailler sa voix en vue d’un enregistrement.

 

Elle affirmera plus tard « Il m’a appris à chanter, m’a véritablement mis le pied à l’étrier, il m’a donné confiance »


Jean Lavigne lui fait enregistrer son premier disque tiré à mille exemplaires.

 

Elle tente alors un coup de poker : elle invite deux cents personnalités du show biz, seuls viennent deux journalistes, Jacques Vassal et Maurice Marouani qui la signale à la maison de disques Barclay.


Mais son premier disque « Il fait soleil » ne sort qu’en 1981.


Son deuxième album « De la main gauche » sort l’année suivante.

 

La même année, elle rejoint sa sœur Cécile qui vit en Californie.

 

En octobre 82, elle se produit à l’Olympia dans le cadre des « Olympiades de la chanson »

 

En 84, elle quitte Barclay et signe chez Wea son troisième album « Carnaval » » daté de 1985.


Elle participe au Printemps de Bourges et au festival Equinoxe en Bretagne.

 

En 1985, elle tombe malade, un cancer qu’elle soigne depuis 1983 s’aggrave.

 

Elle est invitée à l’émission « Champs Elysées » de Michel Drucker le 22 juin.

 

Elle prépare l’émission depuis sa chambre d’hôpital, voulant tenir ses engagements à tout prix.


Mais, le 13 juin, Danielle est vaincue par la maladie et décède.


Un an plus tard, des amis de Danielle, Gérard Classe et Georges Narwrock décident de sortir un album souvenir « Les mots » avec des chansons tirées de l’album de 79 jamais diffusé et de maquettes de studio.


Cet album a reçu le Grand prix de l’Académie Charles Cros « in Memoriam »

 

 

 

Commenter cet article

À propos

Histoire au jour le jour de la Chansons Française